Thématiques | Federia
Actualités | Généralités

Cession de votre agence : le cas particulier de l’entreprise familiale

Publié le 28 Septembre 2021

De nombreuses agences sont en réalité des entreprises familiales. Il arrive qu’elles rencontrent des difficultés durant la deuxième génération et certaines finissent d’ailleurs par disparaître. L’entreprise familiale est un système complexe. La famille agit dans chaque composante de l’entreprise et l’entreprise a des répercussions sur chaque composante de la famille. Ces interactions sont aussi bien la principale force de l’entreprise que sa principale faiblesse.

Le rayonnement de l’entrepreneur

L’entrepreneur familial ne répond souvent à personne. Son implication est totale. Il a mis toute son énergie et généralement tous ses fonds dans l’agence. C’est son affaire, son argent, et il attend de ses collaborateurs la même loyauté inconditionnelle. Il effectue souvent un suivi draconien des dépenses de la société (c’est son argent), des charges et du travail de ses collaborateurs. Ce contact direct et le feedback direct sont souvent ressentis positivement par les travailleurs qui ont une confiance inébranlable en leur patron. Parfois à tort car le patron, fort de son succès, n’arrive pas à passer du cap d’entrepreneur à celui de manager.

Avec de la bonne volonté, on peut tout atteindre

Sa personnalité impacte aussi l’organisation puisque tout est centré sur lui-même, ce qui fragilise très fort la structure qui ne peut survivre à sa disparition ou à son indisponibilité. Il n’arrive généralement pas à garder des collaborateurs de qualité, ces derniers étant écrasés par sa personnalité.

Ces organisations montrent généralement l’absence de séparation de fonctions, l’absence d’organigramme, l’inexistence de grilles salariales, une pyramide des âges disproportionnée… Souvent, les personnes clés sont les collaborateurs de première date qui ont vieilli avec l’entrepreneur cédant et qui partent généralement avec lui.

L’absence de documentation des procédures, des fiches techniques ou des relations commerciales est également un frein à la transmission, la valeur ajoutée de l’entreprise étant le cerveau du patron.

Il est nécessaire qu’à un moment donné improvisation, volontarisme, heures supplémentaires et approximations laissent progressivement place à plus de structure, de systématisation, de procédures, de délégation.

En corollaire des points précédents, les collaborateurs restent fidèles à leur agence et l’argent n’est pas nécessairement le seul moteur. Le personnel adhère aux objectifs de l’entreprise et son parton le lui rend bien en s’impliquant parfois également dans sa sphère privée. Il n’est pas rare de voir des entrepreneurs accepter la présence occasionnelle d’enfants malades, offrir du matériel à leurs employés, octroyer des crédits… Ce qui génère une culture d’entreprise solide.

La culture est souvent orientée vers le client, ce qui est une bonne chose. Les besoins et les intérêts des clients reçoivent la priorité sur les règles et procédures internes, quitte à tout désorganiser.

Tout pour ma descendance…

La présence de membres de la famille est également un facteur perturbant. On peut s’attendre à ce que les rapports d’autorité entre les collaborateurs et les autres membres de la famille soient plus marqués par leur appartenance familiale que par leurs compétences professionnelles. Cette présence peut être source de frustration pour les collègues qui estiment ne pas être valorisés à leur juste valeur, voir leurs perspectives de carrière s’envoler ou recevoir moins de privilèges.

Conseil. Les considérations psychologiques et organisationnelles sont souvent les plus importantes à aborder, bien plus que les considérations financières, juridiques ou fiscales. Il y a donc un travail minutieux d’analyse à faire pour préparer au mieux la transmission. Nous aborderons, dans un prochain numéro, les règles d’or d’une transmission réussie.

Le rayonnement de l’entrepreneur, l’implication familiale importante, l’organisation particulière, la culture spécifique et la nature des relations humaines entrainent souvent une charge émotionnelle importante dans le cadre de la transmission d’une entreprise familiale, charge qui peut être apaisée par une bonne préparation de la cession.

Article rédigé par Christophe Remon, Réviseur d’entreprises

Day-to-Day de l'agent immobilier N°5 (Septembre 2021) - En collaboration avec

  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de données personnelles à des fins statistiques d'information relatives à la navigation. Voir la charte de vie privée pour plus d'informations.